Edith Amsellem

Edith Amsellem.jpg

Edith Amsellem crée en 2012 à Marseille, la compagnie ERd’O avec un fort désir de théâtre dans des lieux non dédiés. Elle cherche à mettre en perpective des œuvres, romanesques ou théâtrales, avec des espaces particuliers, pouvant révéler ces œuvres en les faisant vibrer dans la réalité du monde d’aujourd’hui. Les écrins qu’elle choisit pour raconter des histoires révèlent des images mentales communes à tous, mais en suggèrent aussi d’autres, plus intimes, plus enfouies. 

La question de la place des femmes dans la société drainant préjugés et clichés dévalorisants, est la thématique centrale de ses créations.

Son premier spectacle «Les Liaisons dangereuses sur terrain multisports» d’après Laclos (2012), investit les terrains de jeux dans leur fonction ludique, pour inscrire à la dramaturgie une métaphore sportive, un match femme-homme à la vie à la mort.

Avec «Yvonne, princesse de Bourgogne sur château-toboggan» d’après Gombrowicz (2015), elle transpose la cour du roi dans la cour de récré, royaume exutoire de la petite enfance et interroge la femme bouc émissaire et le mépris de classe. (Lauréat en 2014 de la bourse à l’écriture «Ecrire pour la rue» de la DGCA et de la SACD et en 2016 Prix de la meilleure compagnie au Festival International Gombrowicz en Pologne)

Elle crée en 2017 «J’ai peur quand la nuit sombre» une installation théâtrale, plastique et sonore pour parcs et jardins publics à la tombée de la nuit, inspiré de versions méconnues du Chaperon rouge et centré sur l’éducation des filles et la figure de la proie.

En 2020, « Virginia à la bibliothèque » voit le jour d’après « Un lieu à soi  » de Virginia Woolf traitant de la place des autrices dans l’histoire de la littérature.

Parallèlement et toujours en lien à ses spectacles, elle propose des actions artistiques de street art participatif. La plus emblématique, « Broder la ville » a sillonné la France avec ses grandes phrases en laine rouge véhiculant des messages poétiques sur la peur.

Elle prépare pour 2022 une création sur la nécessité du spectacle vivant dans nos vies, et va investir le lieu qu’elle contourne depuis qu’elle a commencé à mettre en scène, une salle de spectacle.

Edith Amsellem est artiste associée au ZEF scène nationale de Marseille et au Théâtre de Châtillon.

Spectacles en tournée

Vous êtes ici (création 2022)
Spectacle In situ

Ce projet est né pendant le confinement, lorsque nous avons été pour la première fois privés de spectacles vivants. Lire des livres et regarder des films a permis dans des pratiques solitaires de prendre de la hauteur, mais rien n’a pu remplacer la puissance libératrice de ces rassemblements autour d’une œuvre dont le cœur bat.

VOUS ÊTES ICI vise à transformer cet exercice de privation du spectacle vivant en un exercice de célébration.
Avec en filigrane le rituel de la cérémonie, proposant une dramaturgie à bulles faite de discours émouvants, d’intermèdes, de numéros et de chansons, nous allons créer un spectacle proposant une réflexion sur le théâtre en général et par un effet de loupe nous allons intégrer la singularité du lieu qui nous accueille en particulier. 

Dans une mise en scène autoréflexive portée par des interprètes professionnels, nous inviterons quelques membres volontaires de l’équipe de la structure qui nous acceuille à intervenir pendant la représentation afin de livrer quelques récits, vrais ou fantasmés, constitutifs du lieu. 

mise en scène Edith Amsellem 
avec Laurène Fardeau, Marianne Houspie, Arthur Pérole et quelques membres volontaires de l’équipe du Théâtre qui nous accueille
création sonore et musique Francis Ruggirello
scénographie Edith Amsellem et Francis Ruggirello
chorégraphie Arthur Pérole
coiffures et maquillages Geoffrey Coppini
création costumes Aude Amédéo
régie générale et son William Burdet

Coproductions LE ZEF scène nationale de Marseille, Le Théâtre de Châtillon, La Passerelle scène nationale des Alpes du sud – Gap,  Le Carré Colonnes – scène nationale

Virginia à la bibliothèque
Spectacle pour bibliothèques

Un vibrant hommage aux femmes et à la création.

« Une chambre à soi » de Virginia Woolf sommeillait sur les étagères du salon d’Edith Amsellem lorsque la nouvelle traduction de l’écrivaine Marie Darrieussecq lui a redonné toute son actualité. Son étude minutieuse de la place des femmes dans l’histoire de la littérature s’inscrit très justement dans le contexte féministe actuel.

Faisant sienne la vie de l’auteure britannique jusqu’à sa descente dans les gouffres de la folie, Édith Amsellem, la fait revenir de l’au-delà pour tenir une conférence dans une bibliothèque. Virginia Woolf déambule ainsi au milieu des esprits qui sommeillent dans les livres, bousculant le quotidien du lieu et provoquant d’insolites rencontres…

d’après « Un lieu à soi » de Virginia Woolf

Traduction Marie Darrieussecq
adaptation Edith Amsellem et Anne Naudon
mise en scène Edith Amsellem avec Anne Naudon
création sonore et scénographie Francis Ruggirello
costume Aude Amédéo
coiffure et maquillage Geoffrey Coppini
reliure Myriam Plainemaison
micromécanique Olivier Achez
régie générale William Burdet

Coproductions LE ZEF – scène nationale de Marseille, La Criée – Théâtre national de Marseille, Le Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille), Le Théâtre de Châtillon, Le Dôme théâtre à Albertville, La Passerelle scène nationale de Gap, Festival Scènes de Rue à Mulhouse, Carré-Colonnes scène nationale de St Médard en Jalles Avec le soutien de la DGCA – Ministère de la Culture et de la Communication, de la DRAC PACA, de la Ville de Marseille, du Département des Bouches-du-Rhône et de la Région Sud PACA.

J'ai peur quand la nuit sombre
Spectacle pour parcs, jardins ou forêts

Dans un dispositif théâtral, plastique et sonore pour parcs et jardins à la tombée de la nuit, les figures emblématiques du « Petit Chaperon Rouge » sont enfermées dans leur fiction. « J’ai peur quand la nuit sombre » est une invitation à se perdre dans les méandres symboliques de quelques versions originelles du conte.

Loin des best-sellers édulcorés de Perrault et des Grimm, cantonnant les petites filles dans leur rôle de proie avec le sacro-saint avertissement : « Ne t’écarte pas du droit chemin, sinon tu rencontreras le loup et il te dévorera ! », la tradition orale enseigne aux jeunes filles l’audace et la liberté ; et à défaut de morale, confie un sésame : « Ne te soumets pas à la loi indiscutable, universelle, de la sauvagerie masculine ! ». 

En libre circulation autour d’un jeu de pistes de la maison de la mère à la maison de la grand-mère, le public pourra assister à une ou deux séances pour suivre le fil rouge de différents points de vu.

d’après des versions du Chaperon rouge de la tradition orale
mise en scène Edith Amsellem
avec Yoann Boyer, Sophia Chebchoub, Laurène Fardeau, Laurence Janner, Anne Naudon
création sonore et musique Francis Ruggirello
scénographie Edith Amsellem, Laurent Marro, Charlotte Mercier, Francis Ruggirello
chorégraphie Yoann Boyer
coiffures et maquillages Geoffrey Coppini
création costumes Aude Amédéo
régie générale et son William Burdet / régie lumière Stéphane Midon

Coproductions LE ZEF scène nationale de Marseille, La Criée Théâtre national de Marseille, Le Pôle Arts de la  Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille), Le Théâtre de Châtillon, La Passerelle scène nationale de Gap, Le Citron Jaune – Centre National des Arts de la Rue, Lieux Publics Centre National de Création en espace public Avec le soutien de la DGCA – Ministère de la Culture et de la Communication, de la DRAC PACA, de la Ville de Marseille, de la Région Sud PACA, de l’ADAMI, du Département des Bouches-du-Rhône Accueil en résidence Département des Bouches-du-Rhône – Centre départemental de créations en résidence, La Gare Franche, Begat Theater

Yvonne, princesse de Bourgogne sur château-toboggan
Spectacle pour cours de récréation

Une expérience performative, provocatrice et cruelle.

Yvonne, pauvre fille du peuple, laide et apathique, s’apprête à monter sur le trône. Le prince Philippe en pleine rébellion contre sa famille a décidé de l’épouser. 

Cette parodie shakespearienne trouve ici de quoi exhaler toute sa saveur sarcastique puisque la cour de Bourgogne est déplacée dans cette arène cruelle qu’est la cour de récréation. Le texte y retrouve tout ce qu’il a d’enfantin voire de subtilement pervers, d’autant plus que chaque soir, une comédienne différente interprètera Yvonne sans connaître à l’avance les règles de ce jeu où elle est censée tenir le rôle titre. 

Un spectacle qui fait la part belle au risque, questionne notre rapport à « celui qui n’en est pas » dans cette communauté que l’on appelle humaine.

d’après Witold Gombrowicz
traduction Constantin Jelenski et Geneviève Serreau
adaptation et mise en scène Edith Amsellem
avec Marianne Houspie, Jean-Noël Lefèvre, Stéphan Pastor, Anne Naudon, Camille Régnier-Villard, Frédéric Schulz-Richard et une Yvonne différente à chaque représentation
création sonore et musique Francis Ruggirello
costumes Carine Mina
coiffures et maquillages Geoffrey Coppini

Coproductions LE ZEF scène nationale de Marseille, le Théâtre Massalia (Marseille), le Théâtre de Châtillon, le Pôle Arts de la Scène – Friche la Belle de Mai (Marseille) – accueil en résidence La Gare Franche (Marseille) – avec le soutien de DGCA – Ministère de la Culture et de la Communication ; DRAC PACA ; Conseil Régional PACA ; Ville de Marseille ; SPEDIDAM ; DGCA et SACD : Lauréat 2014 de la bourse à l’écriture «Ecrire pour la rue». 

Sélectionné au Festival international Gombrowicz en Pologne en octobre 2016 : lauréat du Premier Prix à l’unanimité et du Prix de la meilleure actrice pour notre Yvonne polonaise.

Les Liaisons dangereuses sur terrain multisports
Spectacle pour terrains de sport en extérieur ou en gymnase

Un match à la vie à la mort.

Les spectateurs sont conviés à l’ultime match de la carrière libertine de Merteuil et Valmont. Ces dieux du stade médiatisés et starifiés par un présentateur aussi cynique qu’indécent, vont offrir au public ce qu’il y a de plus attrayant, ce qu’il y a de plus séduisant : leur intimité. Au-dessus du commun des mortels, ces deux héros modernes entendent prouver la supériorité de leur esprit libre, en accomplissant leurs folles machinations. Affranchis de toute valeur morale, Merteuil et Valmont vont se mesurer l’un à l’autre et jouer la comédie, pour mieux assujettir leurs proies qui attendent sur la touche. Ils excellent dans l’art de la représentation. Leurs vies, menées comme un spectacle, n’ont de sens que sous les feux de la rampe et les applaudissements du public.

La pièce invite à observer la femme agir masquée dans la nuit de l’hypocrisie imposée par l’inégalité des sexes et questionne l’évolution (?) des rapports hommes/femmes.

durée 1h15 – à partir de 12 ans
d’après Choderlos de Laclos
adaptation et mise en scène Edith Amsellem
avec Marianne Houspie, Anne Naudon, Camille Régnier-Villard, Remy Rutovic, Frédéric Schulz-Richard et Marie Vourtel
création sonore et musique Francis Ruggirello

coproduction Festival Scènes de Rue (Mulhouse) avec le soutien de la Région Sud PACA., du département des Bouches-du-Rhône et de La Ville de Marseille en partenariat avec le Comité Départemental de Tennis 13, Karwan (Marseille), La Distillerie et le Théâtre Comoedia (Aubagne) aide à la reprise La Passerelle Scène Nationale de Gap et des Alpes du Sud

Pour aller plus loin :

enrangdoignons.com